Les disques de Portland et l'observation du vol UAL 105 (1947)
Page d'accueil | Ovni discussions | Rechercher | Actualité ovni | Vidéo ovni | Observations ovni témoignages | Contacter le responsable

Heure et Calendrier

« Février 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728 

Editorial

Ovni: Ce site sérieux présente avec pédagogie et pragmatisme, les éléments historiques les plus solides sur le phénomène Ovni et ses grandes implications.














Facebook

Le blog change d'adresse: http://ovni-ufologie.over-blog.org/

liens utiles

Recherche

Compteurs

  • 12368831 visites depuis le 26/12/05
  • 334 billets
  • Pages

    Liens

  • Ufologie.net
  • RRO.org
  • Baseovni(temoignages)
  • Forum sur les ovnis
  • Ovni investigation
  • dorejc.free.fr
  • anakinovni.ifrance.com
  • adelmon.free.fr
  • Centro Ricerche Leonardo da Vinci (italien
  • ufoinfo
  • Gruppo Accademico Ufologico
  • Le GEIPAN
  • ovni
  • ovni.zeblog.com
  • http://
  • ZeBlog
  • Partenaires

    Partenaires

    Syndicalisation

    Fils RSS

    Les disques de Portland et l'observation du vol UAL 105 (1947)

    Recommander ce site :: ::::Par ovni :: 13/06/2009 à 15:58 :: Général
    Les disques de Portland et l'observation du vol UAL 105 (1947)


    L'observation du vol UAL 105 est une affaire avec des témoins multiples dont deux observateurs expérimentés familiers des appareillages aériens. Il s'agit du deuxième cas important qui fait suite à l'observation de Kenneth Arnold. Dans ce dossier vous trouverez à la fois des informations sur l'observation du capitaine Emil J. Smith et sur les disques qui ont survolés Portland au même moment en 1947.


    Smith tenant une assiette à l'envers en expliquant à l'hôtesse Marty Morrow quel étrange disque il a vu lors du vol UAL 105 [UPI < Keyhoe 1967]   


    Smith est un pilote de la compagnie américaine United Air Lines. Le personnel de la compagnie qui le connait depuis des années certifie de sa fiabilité.

     

    Le Vendredi 4 Juillet 1947 à 20 h 17, Smith, sur le point de décoller de Boise (Idaho) pour rejoindre Seattle (Washington), est interrogé au sujet des soucoupes volantes. J'y croirai quand j'en verrai répond-il. Son vol 105 décolle à 21 h 04 de Boise.


    L'observation


    Dessin de Smith représentant son observation de 1947 

     
    8 mn après le décollage, alors que l'avion est à 2100 m au-dessus d'Emmet (Idaho), Ralph Stevens, le copilote de Smith, observe un premier groupe d'objets. Croyant qu'il s'agit d'avions, il allume les feux d'atterrissage. Cependant, en les étudiant un peu plus devant le ciel crépusculaire, Smith et Stevens réalisent que aucun des 5 objets ne possède d'ailes ni de queue. Après avoir appelé Marty Morrow, une hôtesse, afin d'avoir la confirmation d'un troisième témoin, ils regardent la formation un peu plus longtemps, appelent la CAA de Ontario (Oregon) pour obtenir une confirmation depuis le sol, puis voient la formation foncer en face et disparaître à grande vitesse vers l'Ouest. Smith insistera sur le fait qu'il n'y avait aucun phénomène nuageux qui aurait pu les abuser (les objets sont observés devant un ciel clair, au-dessus de l'horizon et de la zone des 1000 pieds) et qu'ils ont observé les objets assez longtemps (10 à 12 mn) pour être assez certain qu'il ne s'agissait pas d'appareils conventionnels. Ils semblaient plats à la base, arrondis au sommet, et on devinait une sorte d'aspect rugueux sur le sommet, bien qu'il ne puisse affiner cette description.


    Presque immédiatement après avoir perdu de vue les 5 premiers objets, une seconde formation de 4 objets (3 en ligne et un 4ème plus haut et à droite des autres) se déplace en avant de leur position, voyageant encore une fois en direction de l'Ouest, mais à une altitude légèrement supérieure que les 8000 pieds du DC-3. Ils s'en vont rapidement hors de vue à l'Ouest à des vitesses qui apparaissent bien au-delà des vitesses connues de l'époque. Smith indique n'avoir jamais été certain des tailles ni des distances, mais que l'impression générale était que ces appareils en forme de disques étaient notablement plus grands que des appareils ordinaires.

     


    Ralph Stevens, Arnold et E. J. Smith qui vient de faire une observation (1947)
    Smith, Kenneth Arnold, et le copilote Ralph Stevens

       
    Smith n'avait pas pris au sérieux les précédents récits de journaux utilisant le terme alors persistant de "soucoupe volante". Après cette observation de 9 appareils non conventionnels sans ailes cette soirée du 4 Juillet, il va devenir plus intéressé par le sujet, bien que se refusant à spéculer quant à leur nature réelle ou leur origine [cas Blue Book n° 34 non expliqué]. Le lendemain, Kenneth Arnold est présenté à Smith. Ils s'entendent bien et deviennent bon amis. Maury Island:Arnold demande à Smith de l'aider dans son enquête sur Maury Island. Smith dernier se déclare heureux d'apporter son aide, et Arnold se rend à Seattle pour le ramener à Tacoma.

     

    Auteur de :

    "'Frankly, I’m Baffled,' Says Airliner Pilot After Observing Queer Airborne Objects", The Oregonian, dimanche 6 juillet 1947


    Références :

    "Air Liner Crew Confirms Flying Discs Over State - Many Seen During Day Over City", Portland Oregonian, 5 juillet 1947
    Keyhoe, Donald E., "Follow the bouncing ball", True
    "Cas 1. Boise (Idaho), 4 juillet 1947", "Déclaration de James McDonald", Symposium sur les ovnis, 1968 kp


    http://www.rr0.org/SmithEmilJ.html


    Extrait de la Déclaration du Dr. James E. McDonald


    1. Cas 1. Boise (Idaho), 4 juillet 1947

    Environ 1 semaine après l'observation maintenant fameuse du Mont Rainier par le pilote privé Kenneth Arnold, un équipage de DC-3 de United Air Lines observa 2 formations séparées de disques sans ailes, peu après avoir décolé de Boise (Réfs. 8, 10, 22, 28). J'ai localisé et interrogé le pilote, le capitaine Emil J. Smith, aujourd'hui avec le bureau de New York de United. Il confirma la fiabilité des récits précédemment publiés. Le vol 105 de United avait quitté Boise à 21 h 04. A environ 8 mn dehors, en route pour Seattle, grossièrement au-dessus de Emmet (Idaho), le co-pilote Stevens, qui repéré le 1er des 2 groupes d'objets, alluma ses phares d'atterrissage avec l'impression initiale que les objets étaient d'autres appareils. Mais, en les étudiant à nouveau devant le ciel du crépuscule, Smith et Stevens réalisèrent bientôt que ni des ailes ni des dérives n'étaient visibles sur les 5 objets devant. Après avoir appelé une hôtesse, afin d'avoir la confirmation d'un 3ème témoin, ils regardèrent la formation un peu plus longtemps, appelèrent la CAA de Ontario (Oregon) pour tenter d'avoir une confirmation du sol, et virent alors la formation foncer en avant et disparaître à grande vitesse au large à l'Ouest.

    Smith insista en me disant qu'il n'y avait là aucun phénomène nuageux pouvant les amener à faire une confusion et qu'ils observèrent ces objets suffisamment longtemps pour être assez certain qu'il n'étaient pas des appareils conventionnels. Ils semblaient plats à la base, arrondis au sommet, me dit-il, et il ajouta qu'il semblait y avoir une sorte de rugosité perceptible sur le sommet, bien qu'il ne put affiner cette description. Presque immédiatement après qu'ils aient perdu de vue les 5 premiers, une 2nde formation de 4 (3 en ligne et un 4ème au large sur le côté) arrivèrent devant leur position, voyageant à nouveau vers l'Ouest mais à une altitude légèrement plus élevée que les 8000 pieds du DC-3. Ils passèrent rapidement hors de vue à l'Ouest à des vitesses qu'ils considérèrent bien au-delà des vitesses alors connues. Smith insista sur le fait qu'ils ne furent jamais certains des tailles et des distances, mais qu'ils avaient eut l'impression générale que ces appareils à l'apparence de disques étaient sensiblement plus grands que les appareils ordinaires. Smith insista sur le fait qu'il n'avait pas pris au sérieux les histoires des actualités de la semaine précédente qui inventèrent le terme depuis persistant de "soucoupe volante". Mais, après avoir vu ce total de 9 appareils non conventionnels, sans ailes et à haute vitesse le soir du 4/7/47, il devint bien plus intéressé par le sujet. Néanmoins, en parlant avec moi, il souligna qu'il ne spéculerait pas sur leur véritable nature ou origine. J'ai parlé avec le personnel de United Air Lines qui a connu Smith pendant des années et se porte garant de sa fiabilité complète.

    Discussion. -- L'observation United Air Lines du 4/7/47 est d'un intérêt historique parce qu'elle a à l'évidence reçu bien plus de crédit que tout autre des 85 signalements d'ovnis publiés dans les récits de presse le 4 juillet 1947 (voir Réf. 8). Même s'il ne s'agit pas de la plus impressionnante observation d'ovni par l'équipage d'un avion de ligne, elle est néanmoins significative. Elle a eut lieu par temps clair, s'est étalée sur un temps total estimé entre 10 et 12 mn, a été un cas avec des témoins multiples dont 2 observateurs expérimentés familiers des appareillages aériens, et a été faite au-dessus de l'échelle d'altitude de 1000 pieds (climb-out) ce qui, combiné au fait que les 9 objets ont été vus au-dessus de l'horizon, exclut complètement les phénomènes optiques comme une explication prête. Il est officiellement listé comme Non Identifié.

    http://www.rr0.org/data/1/9/6/8/07/29/Symposium/mcdonald.html#case01

    The Oregonian Dimanche 6 juillet 1947

    "Franchement, je suis dérouté," dit un pilote de ligne après avoir observé des objets aériens étranges

    "Ce n'était pas des appareils. Ils étaient plus gros qu'un appareil et plats et circulaires," a dit le capitaine E. J. Smith, pilote de UAL, à l'Oregonian lorsqu'il a atterri ici après avoir vu les "disques" Smith en uniforme en train de parler a Portland, le 1er officier Ralph Stevens a décrit d'étranges "disques", lui et d'autres membres d'équipage d'un avion de transport d'United Airlines, lors d'un vol depuis Boise vendredi Stevens en uniforme au téléphone

    Par le capitaine E. J. Smith

    Ecrit expressément pour l'International News Service

    La manière dont les "disques volants" apparaissent des airs est décrite par le capitaine E. J. Smith, pilote des United Airlines, qui a eu une vue aérienne la nuit de vendredi alors qu'il était sur la portion nord-ouest d'un vol de Salt Lake City vers Seattle.
    Seattle, 5 juillet (INS)

    Je ne croyais pas les histoires sur les soucoupes volantes moi-même lorsque j'en entendis parler pour la 1ère fois. Maintenant je ne sais que croire.

    Nous étions sur notre trajet normal de Salt Lake City à Seattle juste à 8 mn de Boise lorsque mon co-pilote, le 1er officier Ralph Stevens, qui pilotait à ce moment, fit clignoter nos feux d'atterrissage.

    Je lui demandais ce qu'il faisait et il répondit : Il y a un avion qui s'approche de notre proue.

    Mais quelques secondes plus tard nous décidâmes tous les 2 que l'objet n'était pas un avion, c'était un disque volant.

    4 autres apparaissent

    Nous n'en avons vu qu'un seul d'abord, mais rapidement 4 autres apparurent sur la gauche de notre avion, en direction du nord-ouest.

    Nous ne pourrions pas dire quelle était leur forme exacte à l'exception de la remarque qu'ils étaient vraiment plus grands que notre avion (un DC-30), assez plats, lisses à la base et rugueux au sommet.

    Juste pour être sûr, j'appelais notre hôtesse, Marty Morrow, dans le cockpit, et lui demandais simplement :

    Est-ce que vous voyez quelque chose dans le ciel autour de nous ?

    Immédiatement elle pointa les disques et dit, Oui, que sont-ils ?

    C'est ce que nous voulions savoir, et je contactais donc notre station radio au sol proche de Ontario, Oregon, leur donnèrent notre direction estimée et altitude et demandèrent s'ils pouvaient les voir. Ils ne pouvaient pas.

    Peu après, les disques disparûrent pendant quelques minutes puis réaparûrent à nouveau. Cette fois ils furent dans notre vue pendant 15 mn.

    Aucun de nos 8 passagers ne vit les disques parce qu'ils étaient au large de notre proue, et nous ne pensâmes pas à tourner l'avion, tant notre intérêt était intense.

    Il était impossible d'estimer leur vitesse ou si seulement ils bougeaient. Tout ce que je savais est que lorsqu'ils disparûrent ils s'évanouirent soudainement.

    Pendant tout le temps où Ralph et moi-même avons piloté durant la guerre, et dans toutes les 14 années chez United Airlines, je n'ai jamais rien vu de tel.

    Je pars samedi soir sur un vol pour Chicago et vous pouviez parier votre vie sur le fait que je vais garder mes yeux grands ouverts.

    Jusqu'à la nuit dernière, nous avions tous écarté 90 % des signalements que nous avions lu dans les journaux ou entendu à la radio, mais maintenant.

    Franchement, je suis dérouté.

    Un équipage d'avion de ligne confirme les disques volants au-dessus de l'état

    De nombreux ont été vus dans la journée au-dessus de la ville

    The Oregonian de Portland Samedi 5 juillet 1947

    Des signalements de 2 à 20 fantastiques "disques volants" au-dessus de la zone de Portland-Vancouver vendredi ont été confirmés par l'équipage d'un avion des United Airlines allant vers l'ouest de Boise à Portland.

    Ler signalement, suffisamment détaillé pour ébranler les plus incrédules, les a laissés tout aussi choqués.

    Aucun objet que je connaisse ne pourrait disparaître si rapidement, a rapporté le capitaine E. J. Smith, pilote vétéran de l'avion, dans une interview à Portland.

    3 voient les objets

    Lui, le 1er officier Ralph Stevens et l'hôtesse Marty Morrow ont tous vu les objets, qui sembla être à 30 miles ou plus de distance, 8 mn après le décollage de Boise à 21 h 04, et les eurent — 9 en tout — sous les yeux pendant 10 à 15 mn estimées.

    Vus depuis approximativement la même altitude, l'équipage UAL ne put donner aucun indice de leur forme autre que le fait qu'ils étaient très fins, très plats à la base, et semblaient être rugueux ou irréguliers au sommet. Il ne s'agit pas d'avions. Ils sont plus gros que des avions.

    Des masses de personnes dans la région de Portland vendredi ont signalé voir des "disques volants" ou quelque chose comme eux. La plupart des observateurs s'accordent sur le fait que les objets se déplaçaient rapidement, apparemment en formation à environ 10 000 pieds.

    Par coïncidence, l'Associated Press et les officiers de l'armée à Fort Lewis, Washington, ont annoncé qu'un vol de 6 bombardiers et 24 P-80 Shooting Star à réaction effectuaient un vol de démonstration de vacances à grande altitude au-dessus de Portland vers le moment où les 1ers "disques" furent signalés.

    Des voitures de police alertées

    Les 1ères "soucoupes" observées furent décrites être juste au-dessus du parc d'amusement Oaks. Don Metcalfe, employé de Oaks, dit à William LeRoy, super intendant du parc, qu'il les avait vues.

    Une alerte "à toutes les voitures" par la radio de la police de Portland déboucha sur les signalements du patrouilleur Earl Patterson, dans le voiture 13, et des patrouilleurs Walter Lissy et Robert Ellis, dans la voiture 82, selon lesquels ils les avaient repérées.

    Patterson, un vétéran du corps aérien qui se trouvait au croisement de la S. E. 82ème avenue et de Foster road, dit que les disques vinrent de l'ouest, passèrent sous le Soleil et continuèrent vers le sud-ouest. Ils étaient soit en aluminum soit d'un blanc de coquille d'oeuf, ne faisaient pas de flashes ni ne reflétaient le Soleil, et se déplaçaient vite, dit Patterson. Son opinion étaient qu'il ne s'agissait pas d'avions et qu'ils devaient être contrôlés par radio. Ils avaient un vol erratique, vacillant et ondulant, dit-il.

    Des vétérans épient les objets

    Lissy et Ellis, tous 2 pilotes vétérans et civils, dirent avoir vu 3 disques qui restèrent en vue pendant 30 s environ. Ils ne purent pas juger de leur vitesse ou hauteur car les objets près du parc Oaks voyageaient à une vitesse terrifiante. Ils n'entendirent aucun son mais dirent avoir vu des flashes et notèrent un vol erratique comprenant des changements de direction soudains.

    Le capitaine K. A. Prehn de la patrouille portuaire, le pilote portuaire A. T. Austed et le patrouilleur K. C. Hoffi, qui se trouvaient au quartier-général de la rue Irving de la patrouille portuaire, dirent avoir vu les disques aller vers le sud au-dessus des moulins Globe à 10 000 pieds environ. Ils semblaient osciller, onduler et tourner jusqu'à ce que parfois un disque complet, parfois seulement un croissant soit visible.

    Tous 3 dirent être indécis quant à savoir s'il y avait 3 ou 6 disques en raison des flashes. Le capitaine Prehn décrivit l'observation comme un enjoliveur vacillant. Un avion normal se trouvait dans le ciel à ce moment, mais ceux-ci n'étaient pas des avions, s'accordèrent-ils à dire.

    Des adjoints rapportent des stries

    Le sergent Claude Cross signala voir 2 objets depuis le quartier-général de la police d'état, 9200 S. E. McLoughlin boulevard. Ils avaient l'air de ballons jouets, presque d'un blanc pur et se déplaçaient se biais sans lumières clignotantes, dit-il.

    Les adjoints au sheriff John Sullivan, Clarence McKay et Fred Krives du comté de Clark, Washington, du bureau du sheriff, signalèrent voir 20 stries au-dessus de Vancouver en une ligne droite, se déplaçant vers l'ouest et le sud. Ils entendirent un bourdonnement bas ou "bourdon" et décrivirent les objets comme sombres, pas voyants et plus comme un groupe d'oies.

    Harry Hale, production manager de l'Oregonian, dit avoir vu un objet brillant dans le ciel juste à l'ouest Beaverton, alors qu'il roulait vers Portland vendredi matin. L'objet se déplaçait vite vers le sud, mais disparût soudainement.

    Des détails supplémentaires et autres témoignages oculaires, page 11.

    http://rr0.org/data/1/9/4/7/07/05/AirLinerCrewConfirmsFlyingDiscsOverState_Oregonian/index_fr.html

    Les disques de Portland (1947)

    Le 4 juillet 1947, à Portland, les 1ères "soucoupes" sont observées juste au-dessus du parc d'amusement Oaks. Don Metcalfe, employé de Oaks, dit les avoir vues à William LeRoy, super intendant du parc.


    (Atkeson WJG 5675atr Willamette River Bridges Flood of 1948 SE NW SW Portland Oregon USA photos historic aerials bw wsl horizontal)

    A 13 h 05, une alerte "à toutes les voitures" par la radio de la police de la ville. Kenneth A. McDowell, un des patrouilleurs qui nourrit les pigeons à l'arrière du poste, remarque leur excitation soudaine et, en cherchant son origine, voit les disques : 5 grands dans les airs à l'est de la ville, 2 disques volants au sud et 3 volant vers l'est. A 13 h 06, il avertit le dispatcheur radio. Ils se déplaçent très rapidement. Au même moment le sergent Claude Cross signale voir 2 objets depuis le quartier-général de la police d'état, 9200 S. E. McLoughlin boulevard. Ils ont l'air de ballons jouets, presque d'un blanc pur et se déplaçaient se biais sans lumières clignotantes. Earl Patterson, dans la voiture 13, un vétéran du corps aérien qui se trouvait au croisement de la S. E. 82ème avenue et de Foster road, dit que les disques vinrent de l'ouest, passèrent sous le Soleil et continuèrent vers le sud-ouest. Ils étaient soit en aluminum soit d'un blanc de coquille d'oeuf, ne faisaient pas de flashes ni ne reflétaient le Soleil, et se déplaçaient vite, dit Patterson. Son opinion étaient qu'il ne s'agissait pas d'avions et qu'ils devaient être contrôlés par radio. Ils avaient un vol erratique, vacillant et ondulant. Walter Lissy et Robert Ellis, dans la voiture 82, tous 2 pilotes vétérans et civils, dirent avoir vu 3 disques qui restèrent en vue pendant 30 s environ. Ils ne purent pas juger de leur vitesse ou hauteur car les objets près du parc Oaks voyageaient à une vitesse terrifiante. Ils n'entendirent aucun son mais dirent avoir vu des flashes et notèrent un vol erratique comprenant des changements de direction soudains. Le capitaine K. A. Prehn de la patrouille portuaire, le pilote portuaire A. T. Austed et le patrouilleur K. C. Hoffi, qui se trouvaient au quartier-général de la rue Irving de la patrouille portuaire, dirent avoir vu les disques aller vers le sud au-dessus des moulins Globe à 10 000 pieds environ. Ils semblaient osciller, onduler et tourner jusqu'à ce que parfois un disque complet, parfois seulement un croissant soit visible. Tous 3 dirent être indécis quant à savoir s'il y avait 3 ou 6 disques en raison des flashes. Le capitaine Prehn décrivit l'observation comme un enjoliveur vacillant. Un avion normal se trouvait dans le ciel à ce moment, mais ceux-ci n'étaient pas des avions, s'accordèrent-ils à dire.

    Les adjoints au sheriff John Sullivan, Clarence McKay et Fred Krives du comté de Clark, Washington, du bureau du sheriff, signalèrent voir 20 stries au-dessus de Vancouver en une ligne droite, se déplaçant vers l'ouest et le sud. Ils entendirent un bourdonnement bas ou "bourdon" et décrivirent les objets comme sombres, pas voyants et plus comme un groupe d'oies.

    Harry Hale, production manager de l'Oregonian, dit avoir vu un objet brillant dans le ciel juste à l'ouest Beaverton, alors qu'il roulait vers Portland vendredi matin. L'objet se déplaçait vite vers le sud, mais disparût soudainement.

    A 14 h à Portland (Oregon), E. A. Evans voit 3 disques métalliques brillant au soleil, 1 se déplaçant d'ouest en est, suivi de 2 autres se dirigeant vers le nord.

    A 16 h 30, à Portland, Mrs. L. J. Hayward voit un objet argenté en forme de disque ressemblant à une pièce de monnaie tournant selon une trajectoire erratique se déplaçant lentement.

    A 17 h à Portland et Milwaukie (Oregon) et Vancouver (Washington).

    A 21 h 04, c'est l'équipage de Emil J. Smith qui fait une observation.

    L'Associated Press et les officiers de l'armée à Fort Lewis, Washington, ont annoncé qu'un vol de 6 bombardiers et 24 P-80 Shooting Star à réaction effectuaient un vol de démonstration de vacances à grande altitude au-dessus de Portland vers le moment où les 1ers "disques" furent signalés.

    Références :

        * "Air Liner Crew Confirms Flying Discs Over State - Many Seen During Day Over City", Portland Oregonian, samedi 5 juillet 1947
        * Smith, E. J. "'Frankly, I’m Baffled,' Says Airliner Pilot After Observing Queer Airborne Objects", The Oregonian, dimanche 6 juillet 1947 -
        * Memorandum, FBI, 7 juillet 1947 — Rapport d'observations à Portland (Oregon) le 4 juillet par des policiers.
        * Projet Blue Book roll #2, Maxwell Blue Book, MAXW-PBB2-956
        * Hynek, J. A. UFO Report, pp. 100-102
        * McDonald, J. E. "Case 19. Portland, Oregon, July 4, 1947" in "Why Aren't UFO's Ever Seen In Cities? Why Just In Out-Of-The-Way Places?", "Statement by James E. McDonald", Symposium sur les ovnis, 1968
        * FOIA
        * Bloecher, T. Report on the UFO Wave of 1947, 1967
        * "July 4, 1947, Portland, Oregon", NICAP

    http://rr0.org//science/crypto/ufo/enquete/dossier/Portland/index.html

    Mémorandum sur une observation de Policiers à Portland


    Le mémorandum du FBI

    Disques volants inexpliqués 7 juillet 1947

    Memorandum pour l'officier en charge :

    1. A 13 h 05, le 4 juillet 1947, une alerte radio fut émise à travers la radio de la police de la ville de Portland, avertissant toutes les voitures et auditeurs que des objets volant rapidement étaient en l'air au-dessus de Portland et du voisinage. En contactant le dispatcheur radio, cet agent fut informé que Kenneth A. McDowell, patrouilleur du Département de Police de la ville de Portland, résidant 916 St Et. Bush Street à Portland (Oregon), en service à Precinat al, Police de la ville Portland, au sud-est de Morrisson à la 10ème avenue avait appelé avertissant le dispatcheur des objets volants.

    2. Cet agent interrogea l'officier McDowell qui déclara qu'à approximativement 13 h 06, le 4 juillet 1947, il était en service à Precinct A1, et était sur le parking à l'arrière du poste de police, nourrissant les pigeons. A ce moment les pigeons devinrent très excités à propos de quelque chose et flottèrent dans les airs tout d'un coup. L'officier McDowell déclara qu'en regardant autour pour voir ce qui les avait dérangés, il vit 5 grands disques dans les airs à l'est de Portland, 2 disques volants au sud et 3 volant en direction de l'est. L'officier McDowell déclara qu'il ne put déterminer aucun polce des disques, mais informa qu'ils plongeaient vers le haut et le bas dans un mouvement oscillant et se déplaçaient à grande vitesse. Il fut incapable de donner une estimation de la vitesse ou de l'altitude de ces disques, ceux ayant été hors de vue avant que toute observation détaillée ait pu être faite. L'officier McDowell informa qu'il prévint la radio de la police il diffusa immédiatement une alerte. L'officier McDowell informa qu'il ne vit aucune indication de d'une force motrice quelconque ni n'entendit un quelconque son venant de ces disques et ne put donner aucune autre description que ronds.

    3. Cet agent interrogea le sergent Claude Cross, officier de police 13tile de l'Oregon au poste du discrict n° 1 de Milwaukie (Oregon). L'attitude de Cross en entendant l'alerte radio fut de sortir dehors et en regardant vers le nord, il vit 3 disques se suivant les uns les autres à une altitude indéterminée à une vitesse terrible, voyageant vers le nord. Cross indiqua qu'il remarqua une glint brun blanchâtre chez ces objets lorsque le Soleil se reflétait sur eux. Cross fut incapable de donner une quelconque autre description, pas plus que de juger de la vitesse ou de l'altitude des objets. Aucun son ne fut fait par les objets.

     4. Cet agent interrogea Earl E. Patterson, patrouilleur du Département de Police de la ville de Portland, et résidant 124 Southeast 13th avenue à Portland, Oregon. Patterson indique qu'il a été pilote de l'Armée de l'Air durant la guerre. Il a déclaré qu'au moment où l'alerte radio a été émise il se trouvait à Southeast 82ème et Foster Rand, Portland, et qu'en sortant de sa voiture il vit 1 disque volant vers le sud au-dessus de Portland. Petterson indique que ce disque était de couleur aluminium, ne laissa aucune traînée de vapeur ou de fumée et se déplaçait à une vitesse terrible, plus vite que tout objet volant qu'il avait vu auparavant. Patterson indiqua également que, bien que ne connaissant pas la taille exacte de l'objet et qu'il soit difficile de déterminer l'altitude, il estime l'altitude à 30 000 pieds.

    Patterson a également indiqué que le disque volant était vraiment une sorte d'appareil bien qu'il ne put donner plus de description, sa vitesse ayant rendu l'observation difficile. Il n'entendit aucun son émis par l'objet volant.

    Knith A. Sorenzen, C/A CIC, 6ème Armée.

    Voir aussi: http://www.nicap.org/portland470704dir.htm


    Trackbacks

    Pour faire un trackback sur ce billet : http://benzemas.zeblog.com/trackback.php?e_id=411908
    Bookmark and Share :: Contacter l'admin ::Recommander ce site par mail :: Imprimer ::

    Commentaires

    Ajouter un commentaire

    Nom ou pseudo :


    Email (facultatif) :


    Site Web (facultatif) :


    Commentaire :