LA NASA SUITE
Page d'accueil | Ovni discussions | Rechercher | Actualité ovni | Vidéo ovni | Observations ovni témoignages | Contacter le responsable

Heure et Calendrier

« Septembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30 

Editorial

Ovni: Ce site sérieux présente avec pédagogie et pragmatisme, les éléments historiques les plus solides sur le phénomène Ovni et ses grandes implications.














Facebook

Le blog change d'adresse: http://ovni-ufologie.over-blog.org/

liens utiles

Recherche

Compteurs

  • 14531877 visites depuis le 26/12/05
  • 334 billets
  • Pages

    Liens

  • Ufologie.net
  • RRO.org
  • Baseovni(temoignages)
  • Forum sur les ovnis
  • Ovni investigation
  • dorejc.free.fr
  • anakinovni.ifrance.com
  • adelmon.free.fr
  • Centro Ricerche Leonardo da Vinci (italien
  • ufoinfo
  • Gruppo Accademico Ufologico
  • Le GEIPAN
  • ovni
  • ovni.zeblog.com
  • http://
  • ZeBlog
  • Partenaires

    Partenaires

    Syndicalisation

    Fils RSS

    LA NASA SUITE

    Recommander ce site :: ::::Par ovni :: 20/02/2007 à 20:05 :: Général
    Photos de la mission Apollo 15


    Regardez bien la forme des montagnes servant de fond aux deux photos suivantes, ce sont les mêmes. Il s'agit de deux photos de la mission Apollo 15. Des montages réalisés dans le but de nous cacher certaines choses.
     



     
    Le même fond pour deux photos différentes prises lors de la même mission, on croit rêver ! Où est donc passé le LEM sur la deuxième photo ? Il est devant le cratère... certes mais alors pourquoi ne voit on pas le cratère sur la photo du LEM ? Surtout un cratère de cette taille et de cette couleur. Je me suis amusé à faire un petit montage entre les deux photos. J'ai superposé les deux montagnes et le résultat parle de lui-même.
     



    Vous pouvez aussi aller voir le panoramique réalisé par la NASA (où l'on ne trouve nulle part trace du cratère récent visible sur la photo ci dessus ).


     
    Et si l'on rajoute la photo AS15-88-11863 on obtient un résultat étonnant où les arrières plans se recoupent parfaitement mais où les premiers plans sont en totale contradiction les uns avec les autres.

     

    Comment et pourquoi des photos officiellement transmises à la presse par la NASA peuvent elles comporter de telles abbérations ?

    L’OVNI de Geos-9


    Le jeudi 17 avril 1997, à 8 heures, le satellite américain Geos-9 communiquait à la Terre une photographie d’un « très grand objet anormal » au-dessus de l’Alaska.


    L’image fut diffusée sur plusieurs sites Internet.    
     

    Une demi-heure plus tard, une seconde image montrait que l’objet qui se déplaçait vers le sud, se trouvait alors à l’ouest de la côte nord de Vancouver Island.


    La photographie montrait également un « objet anormal de la même taille » au-dessus du Pacifique, à environ 80 km à l’ouest de San Francisco.

     

    A 9 heures, Geos-9 communiquait une troisième image montrant que l’objet de San Francisco avait disparu, alors que le premier objet était de retour au-dessus de l’Alaska.

    Les deux objets avaient une taille de 40 km.

     

    A 11 heures, une quatrième image de Geos-9 enregistrait un nouvel « objet » moitié moins grand que les deux autres, et qui, stationnait au-dessus du Colorado.

     

    A 14 heures, le FBI lança une alerte générale, parlant d’une « menace potentielle » au centre du NORAD de Cheyenne Mountain.

     

    Le major général Jeff Grime précisa qu’il n’y avait pas de menace sur la ville proche de Colorado Springs. Les mesures de sécurité auraient, selon lui, été prises pour protéger le personnel de la base.

    Cette remarque suscita des questions. Car, s’il n’y avait aucune menace, pourquoi protéger une base ?

    Selon une dépêche de l’agence Reuter, la porte-parole du NORAD, Frankie Webster, refusa toute discussion sur la nature des mesures de sécurité.

     

    Les rumeurs allèrent bon train sur plusieurs sites Web. Il est à souligner que les images envoyées par Geos-9 furent retirées de ces sites dès le vendredi matin.Quelques jours plus tard, un scientifique annonça que les « objets » étaient en réalité des anomalies dues à une défaillance du programme du satellite.

     

    Cette explication peut sembler plausible. Cependant, si ces images n’étaient dues qu’à une simple défaillance technique, pourquoi boucler tout le secteur de Cheyenne Mountain et lancer une alerte générale ?

    La réponse a été : « procédure automatique de sécurité ».

     

    Peut-être mais il s’est tout de même écouler 6 heures entre la première détection et l’enclenchement de la procédure.

     

    Les radars de poursuite du NORAD sont capables de détecter et d’identifier des objets de très petite taille. Pourtant, ils n’ont pas été capables d’identifier des objets de 40 km de diamètre. Ces radars ont été utilisés pour vérifier les images de Geos-9. S’ils n’ont rien détecté d’anormal, dans ce cas, pourquoi toute cette agitation ?

     

    On a du mal à croire qu’une alerte générale à été déclanchée et que le NORAD est passé en DEFCON-4 (premier niveau d’alerte avant une éventuelle riposte nucléaire) juste pour quelques parasites informatiques.

    La question est : « Quels objets sont rentrés dans notre atmosphère le 17 avril 1997 ?

    V.B (11.2005)

     

    Source : UFO Roundup, 20 avril 1997. Fichier Banque OVNI, 6 mai 1997

     

    http://www.dinosoria.com/insolite_ovni.htm

     

    10.000 cas:


    Oui, des ovnis sont également détectés par les satellites, au dessus de l'atmosphère terrestre. Et quand ils mesurent 400 km de diamètre, les confusions avec un météorite ou un boulon perdu par la station Mir ne sont plus à l'ordre du jour.


    UNE TV CHILIENNE DIFFUSE LA VIDEO SATELLITE D'UN OVNI DE 400 KM:

     


    Ce mardi 26 Janvier 1999, les téléspectateurs Chiliens furent étonnés lorsqu'une chaîne de télévision diffusa des images vidéo prise par un satellite qui montrent un objet non identifié en forme de disque mesurant des centaines de kilomètres de diamètre.

     

    Les images furent diffusées par la Television de la Universidad Catolica (TV-UC) sur Canal 13. Le film vidéo fut tourné par le Geostationary Orbital Environmental Satellite 8 (GOES-8) en deux occasions quelques années auparavant.

     

    Selon l'ufologue Chilien Luis Sanchez Perry, l'émission montra "une photo infra rouge prise par GOES-8 le 17 Juillet 1992, montrant distinctement un immense objet en forme de disque dans l'espace au dessus de l'Océan Pacifique juste à l'Ouest des côtes Chiliennes."

     

    Selon Mario Vilches, la soucoupe gigantesque mesurait "400 kilomètres (240 miles) de diamètre."

    Les images de Juillet 1992 furent capturées par le Servicio Aereo Fotometrico Ltda., une société de cartographie Santiago du Chili.

     

    "Les lignes qui peuvent êtres vues sur l'avant de l'ovni résultent d'interférences électromagnétiques provenant de l'ovni," expliqua Sanchez.

     

    LA PHOTO:

     


    Au moment ou cette image fut prise, GOES-8 était en orbite géo-stationnaire à 36000 kilomètres au dessus de la Terre. L'immense disque apparaît se déplacer avec la même vitesse orbitale que le satellite, à près de 10713 km à l'heure.

     

    "Trois autres images ont été capturées à des intervalles de 10 minutes, et l'ovni était toujours clairement visible," ajouta Sanchez.

     

    La deuxième vidéo de GOES-8 fut tournée le 7 Avril 1996. Bien que l'image disparut très vite du site web de GOES, elle fut téléchargée par le Centro Meteorologico Regional de Antofagasta au Chili. Cette photo "montre l'ovni au dessus de l'Atlantique juste à l'Est des côtes Brésiliennes."

     

    Les images vidéo de GOES-8 furent discutées lors de l'émission par deux ufologues, le Dr. Mario Dussuel du Comite de Estudios de Fenomenos Aereos Anomalos (CEFAA) et Rodrigo Cuadra de l'Equipe Superior de Investigacion Ovniologica (ESIO). Le CEFAA est le groupe d'étude nationale officiel du Chili, composée par des agences gouvernementales, des ufologues du pays et les Fuerza Aerea de Chile, la FACH (l'Armée de l'Air du Chili). 

     

    NOTE: Les images sont colorées pour l'analyse, selon Luis Sanchez Perry.

     

    http://www.ufologie.net/htm/400kmf.htm

     


    Dossier ovnis - 10/12

     


    Nasa secret transmission

     

    Subject: X-files : dossier NASA:

    http://garance.chez-alice.fr/nasa.html

    La BBC a interviewé McKinnon sur le hacking de la Nasa

     


    Gary McKinnon - BBC - 5 mai 2006 - OVNI

     

    Le hacker Anglais qui traquait les preuves sur les extraterrestres sera peut être extradé vers les Etats Unis le 10 mai 2006, avec le risque de finir ses jours à Guantanamo si les choses se passent mal pour lui. Il n’a pourtant cherché que la vérité dans les ordinateurs du département de la défense Américaine.

    Gary McKinnon

    Gary McKinnon, également connu sous le nom Solo, est un hacker britannique accusé d'avoir réussi la « plus grande attaque informatique contre des sites militaires de tous les temps ».

     

    Cet administrateur système de 39 ans, au chômage, est accusé d'avoir pénétré dans 97 ordinateurs des États-Unis appartenant à l'armée et à la NASA, en 2001 et 2002. Les réseaux informatiques américains qu'on l'accuse d'avoir pénétrés appartenaient à la NASA, à l'armée, à la marine, au Ministère de la Défense,à l'armée de l'air,ainsi qu'au Pentagone.

     

    Les USA estiment que les dépenses nécessaires pour le retrouver et corriger les problèmes dont on le croit responsable se montent à environ 900 000 USD. McKinnon a d'abord été poursuivi et arrêté sur la base du Computer Misuse Act (Loi concernant les délits informatiques) par la National Hi-Tech Crime Unit britannique en 2002, mais a été relâché sans être inculpé et sans supplément d'information.

     

    Il a été à nouveau arrêté en juin 2005, et cette fois-ci relâché sous caution et sous conditions, entre autres qu'il n'aurait plus le droit d'accéder à internet. S'il est extradé aux USA et reconnu coupable, McKinnon risque jusqu'à 70 ans de détention. Il a fait savoir qu'il se battrait contre les procédures d'extradition, et qu'il préférait passer devant un tribunal britannique, puisqu'il n'a que peu confiance dans le système judiciaire américain.

    McKinnon a protesté qu'il cherchait seulement à établir l'existence des OVNIS et a dit être absolument certain que les Américains possèdent une technologie antigravité.

     

    Avant cette échéance capitale, la BBC lui a donné une interview dans ses colonnes :

     


    D'après McKinnon, certaines photos satellite seraient retouchées à la Nasa pour y effacer des engins volants non identifiés


    Spencer (BBC) : Vous avez hacké les ordinateurs de l'armée, de la Marine, de l'Armée de l'Air, du département de la défense, et de la NASA. Pourquoi ?


    Gary McKinnon : J'étais à la recherche d’une technologie inconnue, celle qui propulse ce que nous appelons les OVNIs. Je pense que c'est le plus grand secret au monde, c'est une chose primordiale pour le gouvernement. Les retraités ne peuvent pas payer leurs factures de carburant, des pays sont envahis pour leur pétrole... et pendant ce temps le gouvernement se repose sur une technologie secrète à base d’énergie libre !


     

    SK : Comment avez-vous pénétré dans les serveurs de la NASA du département de la défense ?

    GM : À la différence de ce qu’ils vous font croire, ils ne sont pas très intelligents. J'ai recherché les mots de passe en écrivant un petit scrïpt en Perl, puis rattaché ensemble quelques programmes pour trouver les mots de passe. Ainsi vous pourriez balayer 65.000 machines en à peine plus de huit minutes.

    SK : Vous avez pris le rôle d’administrateur des ordinateurs ?

    GM : Oui, avec précision.


     

    SK : N’y avait-il aucune autre protection sur les serveurs de la défense ?


     

    GM : Non aucune, vous pouviez lancer des commandes sur toutes les machines branchées en réseau, partout dans le monde, vérifier si l’adresse IP était celle d’un serveur militaire ou non.

    SK : A quel rythme visitiez vous les ordinateurs ? Une seul fois ou fréquemment dans la semaine ?


     

    GM : Fréquemment et pendant des années.

    SK : Et vous êtes passé inaperçu pendant toutes ces années ?

    GM : Oh oui. J'avais l'habitude de faire attention au niveau des heures.


     

    SK : Ainsi vous entriez au milieu de la nuit ?


     

    GM : Oui, je jonglais toujours avec les fuseaux horaires. Au moment où il n’y avait pas beaucoup d’activité. Une fois l’administrateur du réseau m'a vu et m'a interrogé. Nous avons communiqué par l'intermédiaire de Wordpad, c’était très étrange.

    SK : Qu'a-t-il dit ? Et qu'avez-vous dit ?


     

    GM : Il m’a dit "que faites-vous ici ?". Je lui ai répondu que j’avais accès au secret militaire contenu sur ces ordinateurs et il m’a entièrement cru.

    SK : Avez-vous trouvé ce que vous recherchiez ?

    GM : Oui.


     

    SK : Et alors ?

     

    GM : Et bien voyez ce groupe qui porte le nom de "Projet Révélation". Ils ont édité 400 témoignages d’experts, d’aiguilleurs du ciel civils, d’opérateurs de radar militaires, et de hauts gradés militaires qui vous dirons qu’il y a de la technologie extraterrestre, des moteurs anti-gravité et de l’énergie libre. Ils vous diront aussi que nous avons capturé un vaisseau spatial et que nous l’avons décortiqué.


    SK : Qu'avez-vous trouvé à la NASA ?


    GM : Un expert photographique de la NASA a dit que le centre de l'espace Johnson maquillait régulièrement des photos satellite à haute résolution pour effacer des ovnis. C'était le point culminant de tous mes efforts. Trouver une image avec l’un de ces engins... et j’en ai trouvé une prise au-dessus de l'hémisphère de la Terre. L'ovni ressemblait à un satellite en forme de cigare sans aucuns rivets ni aucune jointure.


    SK : Est-il possible que ce soit une vue d’artiste ?


    GM : Je ne sais pas... Pour moi, c’était plus qu'une coïncidence.


    SK : En avez-vous une copie ?


    GM : Non, la visionneuse photo est une application Java qui ne fonctionne qu'à distance. J’avais un modem 56k et les photos sont très "lourdes" à télécharger, j’ai été coupé. J’ai juste vu le curseur de la souris d’un type se déplacer à travers l’écran.


    SK : Vous saviez que vous étiez hors la loi ?


    GM : L'accès était juste "non autorisé".


    SK : Vous pensez avoir une sanction appropriée ?


    GM : Premièrement, en raison de ce que je recherchais, je pense que c'était moralement correct. Je pense aussi que la technologie sur l'énergie libre devrait être publiquement connue. Je veux être jugé dans mon propre pays, sous l'acte de piratage d'ordinateur, et pas autre chose !

     

     

    Le pirate informatique Gary McKinnon sera-t-il extradé ?

     


     Gary McKinnon, un anglais, développeur au chômage, avait été arrêté, soupçonné d’avoir pénétré illégalement dans le système informatique du Pentagone, de l’US Navy, de la NASA, engendrant 900 000 dollars de dommages dans les serveurs. L’affaire remontait à la fin 2001 et depuis les Etats-Unis cherchent par tous les moyens à faire extrader l’individu. Le total des charges, en vertu des lois américaines très friandes dans l’addition des peines, s’élèverait à plus d’un 1,2 million de dollars, en sus de la bagatelle d’une soixantaine d’années de prison. En guise de défense, il prétextait dans le passé, rechercher l’existence d’OVNI dans la base informatique du département de la défense américaine…

     

     

    Agé d’une quarantaine d’années aujourd’hui l’individu doit être jugé le 10 mai prochain. Lors des préparatifs, des sources américaines ont indiqué que l’individu pourrait même décrocher un billet pour Guantanamo Bay, funeste endroit. Les éléments sur ce point ne sont pas encore bien limpides.

     

    Au tribunal, l’accusation a produit une lettre du gouvernement américain, envoyée par l’ambassade à Londres, affirmant que le dispositif Military Order No. 1, processus réservé aux terroristes, ne lui serait pas appliqué s’il était extradé vers les Etats-Unis. Ses avocats ont cependant rétorqué que le document n’était pas signé, sentant ainsi une vile manœuvre.

     

    « Il apparaît que les Etats-Unis cherchent l’extradition de M. McKinnon car les Américains souhaitent imposer une peine bien plus substantielle que celle qui pourrait être infligée en Angleterre » prédit son avocat, Me Lawson. On notera que plusieurs conventions internationales soumettent l’extradition à des conditions très strictes, du moins sur le papier, notamment lorsque l'intégrité physique ou la vie de l’extradé est en danger.

     

    Extradition signée pour le pirate 

     

     

    La décision de principe avait été accordée, il ne manquait plus que la signature du ministre de l’Intérieur anglais, John Reid. Voilà qui est fait : celui-ci vient de signer l’acte d’extradition de Gary McKinnon. Cet Anglais est accusé d'avoir piraté et causé plus de 700 000 dollars de dommages dans le système informatique du Pentagone, de l'US Navy, de la NASA.

     

    Mais lui conteste les dommages, non les pénétrations. Les motivations de l’intéressé étaient à quelques pieds au-dessus des explications habituelles : « J'ai utilisé des logiciels disponibles sur le marché pour scanner les plus grands réseaux américains, tous ceux susceptibles de contenir des informations à propos des Ovnis. Je voulais juste prendre connaissance de choses que le gouvernement ne nous aurait pas communiquées. » Des fouilles effectuées notamment après le 11 septembre, provoquant quelques paniques : il pénètre ainsi le système informatique de la Earle Naval Weapons Station dans le New Jersey pour y dérober 950 mots de passe.

     

    Selon les dernières informations, celui qualifié par le procureur de Virginie de plus grand pirate risque 70 ans de prison, donc d’y passer le reste de sa vie. Mais un laps de temps peut-être suffisant pour économiser les 1,75 million de dollars d’amende qu’il risque. Selon la BBC, il va faire appel de la décision du ministre de l’Intérieur dans le délai imparti, soit 14 jours. « Je suis très inquiet et j’ai le profond sentiment que mon propre gouvernement me laisse tomber » a-t-il déclaré au journal anglais

     

    Trackbacks

    Pour faire un trackback sur ce billet : http://benzemas.zeblog.com/trackback.php?e_id=153668
    Bookmark and Share :: Contacter l'admin ::Recommander ce site par mail :: Imprimer ::

    Commentaires

    Ajouter un commentaire

    Nom ou pseudo :


    Email (facultatif) :


    Site Web (facultatif) :


    Commentaire :