Le rapport Cometa: les ovnis et la défense à quoi doit-on se préparer?
Page d'accueil | Ovni discussions | Rechercher | Actualité ovni | Vidéo ovni | Observations ovni témoignages | Contacter le responsable

Heure et Calendrier

« Décembre 2006 »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Editorial

Ovni: Ce site sérieux présente avec pédagogie et pragmatisme, les éléments historiques les plus solides sur le phénomène Ovni et ses grandes implications.














Facebook

Le blog change d'adresse: http://ovni-ufologie.over-blog.org/

liens utiles

Recherche

Compteurs

  • 11290035 visites depuis le 26/12/05
  • 334 billets
  • Pages

    Liens

  • Ufologie.net
  • RRO.org
  • Baseovni(temoignages)
  • Forum sur les ovnis
  • Ovni investigation
  • dorejc.free.fr
  • anakinovni.ifrance.com
  • adelmon.free.fr
  • Centro Ricerche Leonardo da Vinci (italien
  • ufoinfo
  • Gruppo Accademico Ufologico
  • Le GEIPAN
  • ovni
  • ovni.zeblog.com
  • http://
  • ZeBlog
  • Partenaires

    Partenaires

    Syndicalisation

    Fils RSS

    Le rapport Cometa: les ovnis et la défense à quoi doit-on se préparer?

    Recommander ce site :: ::::Par ovni :: 07/12/2006 à 13:02 :: Général

    Le rapport français sur les Ovnis COMETA

     

    D'après le rapport " COMETA ", l'hypothèse d'une origine extraterrestre ne peut plus être écartée.




    La COMETA est une association composée de spécialistes des sciences physiques, des sciences de la vie, des sciences humaines, ainsi que d'officiers supérieurs de l'armée et d'ingénieurs. En juillet 1999 le COMETA publie un rapport très complet sur le phénomène ovni qui fut transmis au président de la république ainsi qu'au premier ministre. Le rapport de 90 pages sera publié ensuite par le magazine VSD à destination du grand public. Le rapport, qualifié par VSD de "rapport confidentiel remis au Présent de la République et au Premier Ministre", émane essentiellement des sphères militaires. Il est d'ailleurs possible que ce texte ne constitue qu'une partie d'un rapport plus étayé, et que ce serait ce rapport-là qui ait été déposé sur le bureau du Premier Ministre et du Président de la République. Un rapport qui contiendrait assez d'éléments pour les convaincre de la réalité matérielle des ovnis et de la très forte présomption de leur origine extraterrestre.





    Un rapport confidentiel sur les OVNI a été remis au Président de la République et au Premier Ministre.


    D'après le rapport " COMETA ", l'hypothèse d'une origine extraterrestre ne peut plus être écartée.
    Par ce rapport un premier pas en France concernant la vérité sur les OVNI vient d'être franchi.

     

    Dans sa conclusion, le COMETA affirme que la réalité physique des OVNIS, sous le contrôle d'êtres intelligents, est "quasi-certaine." Seule une hypothèse tient compte des données disponibles: l'hypothèse des visiteurs extraterrestres. Cette hypothèse est naturellement improuvée, mais a des conséquences de grande envergure. Les buts de ces visiteurs allégués demeurent inconnus mais doivent être le sujet de nos préoccupations.

    La préface du rapport est signée par le Général Bernard Norlain de l'Armée de l'Air, ancien directeur de l'IHEDN, et il commence par un préambule par André Lebeau, ancien président du centre national pour les études de l'espace , le CNES, l'équivalent français de la NASA. Le groupe lui-même, auteur collectif du rapport, est une association d'experts, dont beaucoup sont ou ont été des auditeurs de l'IHEDN, et ils sont de plus présidés par le Général Denis Letty de l'Armée de l'Air, l'ancien auditeur à l'IHEDN. Le sigle "COMETA" se veut signifier "COMité pour des ETudes Approfondies."

     

     

    Une liste non-exhaustive de ses membres est donnée au début, elle inclut: Le Général Bruno Lemoine, de l'Armée de l'Air (FA de l'IHEDN), L'Amiral Marc Merlo, (FA de l'IHEDN), Michel Algrin, Docteur en Sciences Politiques, Avocat à la Cour (FA de l'IHEDN), Le Général Pierre Bescond, ingénieur en armements (FA de l'IHEDN), Denis Blancher, Chef de la Police Nationale au Ministère de l'Intérieur, Christian Marchal, ingénieur en Chef au Corps des Mines et Directeur de Recherche à l'Office National de la Recherche Aéronautique (ONERA), le Général Alain Orszag, Ph.D. en physique, ingénieur en armements.




    Le comité exprime également sa gratitude aux contribuants extérieurs comprenant Jean-Jacques Vélasco, dirigeant le SEPRA du CNES, François Louange, président de Fleximage, spécialiste en analyse de photo, et Général Joseph Domange, de l'Armée de l'Air, délégué général de l'association des auditeurs à IHEDN.
     

    Le Rapport COMETA

     

    Le Général Letty, en tant que président de COMETA, met en exergue le principal thème du rapport, qui est que l'accumulation des observations bien documentées nous contraint maintenant à considérer toutes les hypothèses quant à l'origine des OVNIS, particulièrement les hypothèses extraterrestres.


    Introduction

    En 1976, un comité de l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN), préside' par le général Blanchard de la Gendarmerie nationale, a ouvert le dossier des objets volants non identifiés. L'objectif : faire des propositions pour organiser la recherche et la collecte des données sur ces phénomènes. Le but a été atteint, car les recommandations de ce comité ont été suivies lors de la création du Groupe d'étude des phénomènes aérospatiaux non identifiés (GEPAN), précurseur de l'actuel Service d'expertise des phénomènes de rentrée atmosphérique (SEPRA), organisme du Centre national d'études spatiales (CNES), en charge de ce dossier. Il nous a semblé utile, 20 ans après, de refaire le point des connaissances sur ces observations, qui intéressent de plus en plus un large public souvent convaincu de l'origine extraterrestre des OVNI.


    Il n'est que de voir le nombre de films ou d'émissions de télévision sur le sujet. Par commodité de langage, nous utiliserons généralement le terme OVNI (Objet volant non identifié), au lieu du terme plus scientifique de PAN (Phénomène aérospatial non identifié).


    A n'en pas douter, le phénomène demeure et le nombre d'observations, totalement inexpliquées malgré l'abondance et la qualité de leurs données, s'accroît partout dans le monde. Au sol, certaines observations, comme celle de Trans-en-Provence, en 1981, ont fait l'objet d'études détaillées prouvant que quelque chose s'était bien posé au sol et y avait stationné. Des pilotes civils et militaires ont apporté des témoignages oculaires saisissants, souvent corroborés par des enregistrements radar, comme cela a été le cas récemment en France. Face 'a l'absence de preuves irréfutables sur l'origine de ces phénomènes, la nécessité de comprendre demeure.Nous consacrerons la première partie de ce rapport à quelques cas français et étrangersparticulièrement remarquables.


    Dans la deuxième partie, après avoir rappelé l'organisation actuelle de la recherche sur ces phénomènes, en France et à l'étranger, nous ferons le point sur les travaux conduits par des scientifiques du monde entier qui se sont intéressés aux OVNI et proposent, nous le verrons, des explications partielles faisant appel aux lois connues de la physique.


    Certaines d'entre elles (systèmes de propulsion, armes non létales, etc.) pourraient conduire à des réalisations à court, moyen et long terme. Nous passerons en revue les principales explications globales proposées, en nous
    attachant à celles qui sont en accord avec les données actuelles de la science, qui vont des engins secrets aux manifestations extraterrestres. Le phénomène OVNI concerne la défense au sens large et appelle un certain nombre de mesures que nous examinerons dans une dernière partie :


    - une information suffisante des pilotes civils et militaires pour leur enseigner une
    conduite adaptée face à ces phénomènes et plus généralement une information du public
    et des décideurs,
    - le développement des actions du Sepra et la promotion d'actions scientifiques complémentaires de veille, voire de recherche,
    - une réflexion sur les conséquences stratégiques, politiques et religieuses
    qu'entraînerait une éventuelle confirmation de l'hypothèse extraterrestre, à laquelle il
    convient dès maintenant de retirer sa connotation bizarre.


    Première partie. Faits et témoignages


    Il nous paraît intéressant, avant d'aller plus avant, de présenter quelques faits et
    témoignages justifiant à eux seuls l'intérêt de l'étude approfondie que nous allons
    développer par la suite:


    - trois témoignages de pilotes civils et militaires français confrontés en vol à des OVNI,
    cinq cas aéronautiques majeurs dans le monde,


    - trois cas d'observation à partir du sol, quatre cas de rencontre rapprochée en France.
    Ces quelques exemples font partie des centaines de cas remarquables, c'est-à-dire
    crédibles et bien documentés, observés ces dernières décennies à travers le monde.

    Aucun de ces cas n'a été élucidé alors que la plupart du temps les enquêtes permettent
    de déterminer l'origine des phénomènes observés par les témoins ; nous en donnons
    deux exemples significatifs.


    CHAPITRE 1 Témoignages de pilotes français


    Trois pilotes français confrontés, en vol à des OVNI sont venus témoigner devant le
    comité. Leurs témoignages sont d'autant plus intéressants qu'appartenant au monde de
    l'aéronautique, ils savent apprécier mieux que d'autres les phénomènes aériens.


    1.1 M. Giraud, pilote de Mirage IV (7 mars 1977)


    Le déroulement de cet incident a été reconstitué à partir des échanges radiophoniques
    entre le pilote et le contrôleur qui, selon la procédure en vigueur dans tous les centres de
    contrôle, sont systématiquement enregistrés et conservés pendant un certain temps.
    L'incident s'est produit le 7 mars 1977 vers 21 h locales, dans le travers de Dijon, alors
    que le Mirage IV est de retour, pilote automatique branché, vers Luxeuil après une
    mission de nuit. A l'altitude de 9 600 m, évoluant à la vitesse de "Mach 0,9", les
    conditions de vol sont très bonnes. Le pilote (P), Hervé Giraud, et son navigateur (N)
    observent à "3 heures" (code horaire) de leur avion une lueur très brillante, à la même
    altitude, venant à cap collision vers eux et se rapprochant très vite. Nous la désignerons
    "assaillant" (Al) dans la suite de l'exposé. P interroge la station radar militaire de
    Contrexéville, qui les contrôle, pour demander s'ils ont un contact radar sur l'avion
    venant vers eux. En effet, P et N pensent que c'est un intercepteur de défense aérienne
    qui, comme cela se pratique couramment, cherche à intercepter leur avion pour ensuite
    l'identifier au moyen de son phare d'identification.


    Le contrôleur radar (C), qui n'a aucun contact radar correspondant sur son scope,
    répond par la négative et demande aux pilotes de vérifier leur oxygène. Cette demande

    de la part du contrôleur est une procédure de secours classique ; elle montre bien que
    celui-ci est si surpris par la question de l'équipage qu'il pense à un ennui d'oxygène
    susceptible de générer une "hallucination".


    "L'assaillant Al" maintenant son cap vers le Mirage IV, P entame un virage à droite vers
    AI, virage qu'il est obligé de serrer de plus en plus (3 à 4 g) pour essayer de garder le
    contact visuel sur AI et l'empêcher de se placer secteur arrière. Malgré cette manoeuvre,
    AI s'installe derrière le Mirage IV à une distance estimée de 1 500 m ; à ce moment P
    renverse son virage pour retrouver un contact visuel sur Al, il voit la lueur s'éloigner
    très rapidement à " 1 1 heures" ; il reprend '. le cap sur Luxeuil. Mais 45 secondes après
    sa reprise de cap vers Luxeuil, se sentant "observé", selon ses propres termes, P dit à N,
    tu vas voir, cela va revenir. Et effectivement, une lueur identique, que nous appellerons
    A2, apparaît à "3 heures".


    P engage alors un virage très serré (6,5 g) pour dégager son appareil de ce qu'il
    considère désormais comme une menace réelle. La lueur suit l'évolution du Mirage IV
    pour se placer secteur arrière a une distance estimée de 2 000 m ; P renverse, comme
    précédemment, et voit à nouveau la lueur disparaître dans les mêmes conditions. C n'a
    toujours pas de contact radar sur 1"'assaillant A2". P et N poursuivent leur vol et
    rejoignent normalement la base de Luxeuil.

     

    Voilà pour les faits. Deux points méritent d'être soulignés :

     

    - seul un avion de combat aurait pu avoir un comportement comparable à celui de Al et
    A2 (vitesse, manoeuvrabilité). Dans ce cas, C aurait eu un contact radar sur cet avion,
    surtout à cette altitude, contact qu'il aurait d'autant mieux visualisé qu'il n'y avait aucun
    autre trafic aux alentours du Mirage IV,


    - compte tenu des évolutions apparentes de Al et A2, qu'ils soient un même engin ou
    non, leur vitesse ne pouvait être que supersonique, ce qui, dans le cas d'avions de
    combat, se serait traduit au sol par un bang sonore très important du fait du phénomène
    de focalisation de l'onde de choc généré par le virage. Cela aurait été d'autant plus
    remarqué dans les environs qu'il faisait nuit. Or, aucun bruit n'a été perçu dans la région.


    1.2 Témoignage d'un pilote de chasse (3 mars 1976)


    Ce pilote (P) ayant souhaité garder l'anonymat, les lignes qui suivent sont extraites de la
    déposition écrite qu'il a bien voulu nous adresser (par la suite, il a fait connaître son
    nom ; il s'agit du colonel Claude Bosc). Le 3 mars 1976, P, alors élève pilote à l'Ecole
    d'aviation de chasse de Tours, effectue un vol de nuit en solo sur un avion
    d'entraînement T-33. La mission consiste en une navigation à l'altitude de 6 000 m,
    selon un itinéraire Rennes-Nantes-Poitiers, suivi d'un atterrissage à Tours. Plusieurs
    avions suivent le même itinéraire à 5 minutes d'intervalle. La nuit est noire mais sans
    nuages, les villes se détachent très nettement, au niveau de vol considéré ; la visibilité
    est supérieure à 1 00 km. Alors qu'il est en vol stabilisé à l'altitude de 6 000 m, à une
    vitesse de 460 km/h, P aperçoit droit devant et très éloigné (en limite de détection des
    lumières au sol) ce qu'il pense erre, dans un premier temps, le départ d'une fusée de
    signalisation de couleur verte.


    En 1 à 2 secondes, cette fusée dépasse l'altitude de son avion de 1 500 ni et semble se
    stabiliser dans l'espace avant de redescendre dans sa direction. Elle s'approche à une
    vitesse vertigineuse à cap collision avec l'avion et emplit toute la glace frontale ducockpit. Pensant l'impact inévitable, P lâche le manche et croise les bras devant sonvisage dans un geste de protection réflexe. L'avion est entièrement enveloppé d'une lumière verte très vive et phosphorescente. P perçoit une sphère (S) qui évite son avion au tout dernier moment et passe sur l'aile droite en la frôlant, le tout en une fraction de
    seconde. P garde de cet incident le souvenir suivant:


    - S n'est pas très volumineuse (1 à 2 m de diamètre),
    - S est prolongée d'une queue, comparable à celle d'une comète, également de couleur
    vert fluorescent,

    - le centre de S est constitué d'une lumière blanche très vive (type feu de magnésium),
    - au total, l'observation a duré moins de 5 secondes.


    P, qui a été très choqué par ce phénomène, informe le contrôleur radar assurant au sol le
    contrôle de la mission ; celui-ci da rien détecté sur son scope radar. Au retour, deux
    autres pilotes, qui ont suivi le même itinéraire que P, déclareront avoir vu le
    phénomène, mais de loin.


    1.3 Vol Air France AF 3532 (28 janvier 1994)

     
    Jean-Charles Duboc (P), commandant de bord du vol Air France AF 3532, assurant la
    liaison Nice-Londres le 28 janvier 1994, est assisté de Valérie Chauffour, copilote (CP).
    A 13 h 14, alors qu'ils sont en vol de croisière à l'altitude de 1 1 900 m, aux environs de
    Coulommiers en Seine-et-Marne, par d'excellentes conditions météorologiques, le chef
    steward, alors présent dans le poste de pilotage, signale un phénomène lui paraissant
    être un ballon météorologique. Son observation est aussitôt confirmée par le copilote. P,
    qui le voit à son tour, pense tout d'abord qu'il s'agit d'un avion en virage à 45'
    d'inclinaison. Très rapidement cependant, tous les trois s'accordent pour constater que
    ce qu'ils voient ne ressemble à rien de ce qu'ils connaissent. Excellente visibilité et la
    présence d'altocumulus permettent à P d'estimer que le phénomène est à l'altitude de 10
    500 m et à une distance d'environ 50 km. Compte tenu de son diamètre apparent, ils en
    déduisent que l'engin est de grande taille. Ils sont frappés par les changements de forme
    de l'engin qui leur apparait tout d'abord sous l'aspect d'une cloche de couleur brune,
    avant de se transformer en lentille de couleur brun-marron, puis de disparaître sur la
    gauche de l'appareil d'une façon quasi instantanée, comme s'il était devenu subitement
    invisible. P rend compte au centre de contrôle de la navigation aérienne de Reims qui
    n'a aucune information sur une quelconque présence de mobile aérien dans le voisinage.
    Cependant, en application de la procédure existante, Reims informe le Centre
    d'opérations de la défense aérienne (CODA) de Taverny de l'observation faite par
    l'équipage et demande à P d'appliquer dès l'atterrissage la procédure "Airmiss".
    Le CODA a effectivement enregistré au même moment une piste radar initiée par le
    centre de contrôle de Cinq-Mars-la-Pile correspondant en lieu et en heure au
    phénomène observé. Cette piste radar, qui a été enregistrée pendant 50 secondes, croise
    bien la trajectoire du vol AF 3532 et ne correspond à aucun plan de vol déposé. Il faut
    noter que le phénomène disparaît au même instant à la vue de l'équipage et des scopes
    radar. Les investigations menées par le CODA permettent à la fois d'exclure l'hypothèse
    du ballon météorologique et de connaître la distance précise de croisement des deux
    trajectoires et par conséquence de ramener à 250 m de long la taille approximative de
    l'engin. Il est à noter que le Centre régional de la navigation aérienne (CRNA) Nord, qui
    traite 3 000 mouvements par jour, n'a instruit que trois cas, dont celui du vol AF 3532,
    dans les sept dernières années.


    CHAPITRE 2 Des cas aéronautiques dans le monde

     

    Il convient de préciser que sont considérés comme cas aéronautiques ceux qui ont été
    observés a partir d'aéronefs. Ce chapitre décrit cinq cas significatifs survenus dans
    différentes parties du monde et qui ont fait l'objet d'une enquête de la part des autorités
    des pays concernés. Dans quatre cas les objets ont été détectés à la fois visuellement et
    par radar. Dans le cinquième ils ont été observés par de nombreux témoins
    indépendants.


    2.1 Lakenheath (Royaume-Uni) (13-14 août 1956)


    Les bases militaires communes à l'USAF - U.S. Air Force - et a la RAF de Lakenheath
    et Bentwaters sont situées, la première à quelque 30 km au nord-est de Cambridge, la
    seconde près de la côte à l'est de cette ville. Les objets aériens inconnus, suivis par leurs
    radars dans la nuit du 13 au 14 août 1956, ont été jugés "non identifiés ' par le rapport
    publié en 1969 par la commission Condon chargée d'évaluer les travaux sur les OVNI
    de l'armée de l'Air américaine (c£ chapitre 9). Le magazine Astronautics and
    Aeronautics a publié en septembre 1971 une étude du cas par Thayer, l'expert radar de
    la commission Condon, qui s'est appuyé en partie 'rude présentée en 1969 par le
    professeur Mac Donald, physicien de l'atmosphère. Pour mémoire, signalons qu'à
    plusieurs reprises, et notamment en 1976, Philippe Klass, rédacteur de la revue Aviation
    Week and Space Technology, a tenté de critiquer ces travaux et de réduire le cas à une
    série d'événements ordinaires (météorites, anomalies de propagation radar, etc.). Les
    incidents ont débuté a la base de Bentwaters, précédés, entre 21 et 22 h, par des
    observations insolites du radar de contrôle d'approche, que nous ne détaillerons pas.

     Ils se sont déroulés comme suit:


    - A 22 h 55, le radar détecte un objet non identifié se déplaçant d'est en ouest en passant
    au-dessus de la base, toujours presque face au vent a la vitesse apparente de 2 000 a 4
    000 miles par heure (mph), soit 3 200 à 6 400 km/h. Aucun bang sonique n'est
    mentionné. Le personnel de la tour de contrôle de Bentwaters dit alors avoir vu une
    lumière brillante survolant le terrain d'est en ouest "à une vitesse formidable', à environ
    1 200 m de hauteur. Au même moment, le pilote d'un avion de transport militaire,
    survolant Bentwaters à 1 200 m d'altitude, déclare qu'une lumière brillante est passée
    sous son avion en fonçant d'est en ouest "à une vitesse formidable' Les deux
    observations visuelles confortent la détection radar.

    - L'opérateur radar de Bentwaters signale ces observations concordantes, radar et
    visuelles, au chef de quart du centre de contrôle radar de trafic de Lakenheath, un sousofficier
    américain à qui nous devons un compte rendu assez détaillé de ces observations
    et de celles qui suivent. Le compte rendu, adressé en 1968 à la commission Condon par
    le militaire alors en retraite, est cohérent, et ne contredit pas, sauf en quelques points
    mineurs, les documents du dossier Blue Book de l'USAF ; parmi eux, le télex
    réglementaire, envoyé à l'équipe Blue Book le jour de l'incident par Lakenheath, et le
    rapport adressé deux semaines plus tard à cette même équipe par le capitaine américain Holt, officier de renseignement à Bentwaters.


    - Le chef de quart de la base de Lakenheath alerte ses opérateurs radar. L'un d'entre eux
    détecte un objet stationnaire à environ 40 km au sud-ouest de la base, presque dans l'axe
    de la trajectoire de l'objet supersonique vu a 22 h 55. Le chef de quart appelle le radar
    d'approche de Lakenheath, qui confirme l'observation. Les radaristes du centre de
    contrôle du trafic aérien voient soudain l'objet passer immédiatement de l'immobilité à
    une vitesse de 600 à 950 km/h. Le chef de quart prévient le commandement de la base.
    L'objet change plusieurs fois de direction, décrivant des segments de droite, variant de
    13 à 30 km, séparés par des arrêts brusques de 3 à 6 minutes ; la vitesse passe toujours
    sans transition d'une valeur nulle à une valeur de quelque 950 km/h.


    Des observations visuelles sont faites du sol et confirment la vitesse importante et les
    accélérations stupéfiantes. Le télex réglementaire envoyé par Lakenheath conclut : "Le
    fait que des accélérations rapides et des arrêts brusques de l'objet aient été détectés par
    radar et par la vue à partir du sol donne au rapport une crédibilité certaine. On ne croit
    pas que ces observations puissent avoir une quelconque origine météorologique ou
    astronomique. '


    - Au bout de 30 à 45 minutes, la RAF envoie un chasseur de nuit, un Venom biplace, à
    la poursuite de l'objet. Le centre de contrôle radar du trafic aérien de Lakenheath le
    guide en direction de l'objet, à 10 km à l'est du centre. Le pilote acquiert la cible
    visuellement et au radar, puis la perd. Le centre le dirige alors à 16 km à l'est de
    Lakenheath ; le pilote acquiert à nouveau une cible et dit "Mes mitrailleuses sont
    braquées sur lui" Peu de temps après, il perd une fois encore sa cible ; mais celle-ci a
    été suivie par les opérateurs radar du centre ; ils informent le pilote que l'objet a fait un
    mouvement rapide pour se placer derrière lui, et le suit à courte distance. Le pilote
    confirme. Observé par les radaristes, le pilote tente pendant environ 1 0 minutes toutes
    les manoeuvres pour se placer à nouveau derrière l'objet (montées en chandelle, piqués,
    virages continus), mais il n'y parvient pas : l'OVNI le Suit, à distance constante selon
    les radars au sol. Enfin, à court de carburant, il retourne à sa base, demandant qu'on lui
    dise si l'objet persiste à le suivre. UOVNI le suit, en effet, sur une courte distance, puis
    s'immobilise. Les radaristes verront ensuite l'objet effectuer quelques courts
    déplacements, puis partir en direction du nord à quelque 950 km/h et disparaître à 3 h
    30 hors de la portée des radars. - Un Venom envoyé en remplacement du premier a dû
    rentrer rapidement à sa base par suite d'ennuis mécaniques, avant d'avoir pu établir un
    contact avec l'objet.


    Thayer concluait ainsi son article dans la revue Astronautics and aeronautics : "Si l'on
    considère la haute crédibilité de l'information et la cohérence et la continuité des
    comptes rendus, ainsi que leur haut degré " d'étrangeté ", ce cas d'OVNI est
    certainement un des plus troublants connus à ce jour. '


    2.2 L'avion RB-47 aux Etats-Unis (17 juillet 1957)


    Ce cas, qui figure dans le rapport Condon comme "non identifié', a été très cité et étudié
    depuis 40 ans. Le physicien James Mac Donald a publié les résultats de son enquête en
    1971 dans la revue Astronautics and aeronautics. Philippe Klass, le journaliste précité,
    s'est alors efforcé de donner, en 1976, une interprétation banale des faits, fort
    contestable dès l'abord. Cette interprétation a été réfutée pour l'essentiel fin 1997, au

    terme d'une enquête approfondie, contenue dans un mémoire du chercheur en
    techniques aérospatiales Brad Sparks.


    Nous résumons ici les séquences importantes du cas, qui montrent un objet volant
    lumineux non identifié détecté de nuit, non seulement à la vue et au radar, mais aussi
    par des émissions de micro-ondes pulsées provenant de sa direction :
    Le RB-47 était un bombardier dont la soute à bombes avait été aménagée pour recevoir
    trois officiers disposant chacun de moyens permettant de détecter les émissions des
    radars au sol, et de préciser leur direction en azimut, mais ni leur distance ni la nature
    des signaux. Dans la zone du centre-sud des Etats-Unis, où l'avion effectuait ce jour-là
    un vol d'entraînement, de nombreuses stations radar émettaient des signaux dont les
    fréquences étaient voisines de 3 000 MHz et les impulsions d'une durée de 1 microseconde
    se succédant toutes les 600 micro-secondes. Ces radars balayaient l'horizon
    quatre fois par minute.


    Trois autres officiers (pilote, copilote, navigateur) se trouvaient dans le cockpit et, de ce
    fait, eux, pouvaient voir à l'extérieur de l'avion. Les six officiers ont été interrogés par
    Mac Donald en 1969. Ils ont relaté que :


    - Le premier incident se produisit, probablement vers 9 h 30 TU (3 h 30 en temps local),
    au-dessus du Mississipi, alors que l'avion, remontant du golfe du Mexique vers le nord,
    abordait la côte un peu à l'est du delta du Mississipi, en volant à Mach 0,75. Le
    capitaine Mac Clure détecta sur son écran un spot correspondant à une source de microondes
    pulsées située à l'arrière et à droite du RB-47 (en direction "5 heures"), qui
    dépassa rapidement l'avion et tourna autour de lui pour repartir sur sa gauche dans
    l'autre sens (direction comprise entre "6 et 9 heures"). La source était donc aéroportée et
    supersonique. Mac Clure nota les caractéristiques du signal : c'étaient celles des radars
    au sol précités, à l'exception de la durée des impulsions, de valeur 2 microsecondes. Il
    ne signala pas tout de suite cet incident, pensant qu'il s'agissait peut-être d'un défaut de
    l'électronique. Comme l'a écrit Klass, il n'existait pas à l'époque, ni aux Etats-Unis ni en
    URSS, d'avion supersonique assez grand pour transporter un radar dont le signal
    possédait les caractéristiques observées.

    - L'incident suivant se produisit à 10 h 10 TU, en Louisiane, lorsque le commandant
    Chase, pilote, et le capitaine Mac Coyd, copilote, virent une lumière intense, d'un blanc
    bleuté, se diriger vers l'avion dans la direction " 11 heures", puis bondir de leur gauche
    à leur droite et disparaître alors qu'elle était dans la direction "2 heures". Klass a montré
    que cet objet était peuterre un météorite dont la trajectoire provoquait une illusion
    d'optique, mais, sur le moment, Chase et Mac Coyd se demandèrent s'il ne s'agissait pas
    d'un OVNI. Mac Clure, en les entendant, se souvint de sa détection précédente, et
    rechercha un signal de même nature.


    - Il trouva ce signal à 10 h 30 TU, identique au précédent, et, par coïncidence peut-être,
    en provenance de la direction "2 heures". Ce signal fut confirmé par le capitaine
    Provenzano, dont le détecteur était lui aussi capable d'opérer autour des 3 000 MHz. Il
    ne pouvait s'agir du signal d'un radar fixe, car sa direction "2 heures" restait invariable
    alors que l'avion poursuivait sa route depuis plusieurs minutes vers l'ouest. L'avion
    pénétra au Texas, puis vint à portée du radar "UtaH', situé près de Dallas. L'équipage
    rendit compte 'a Utah, qui détecta à la fois l'avion et un objet gardant une distance
    constante de 18 km par rapport à lui.


    - A 10 h 39, toujours au Texas, le commandant Chase aperçut une lumière rouge de

    grande dimension qu'il estima évoluer à 1 500 m plus bas que l'avion, sensiblement
    dans la direction "2 heures". L'avion volait à l'altitude de 10 500 m et le temps était
    parfaitement clair. Bien que le commandant ne puisse pas déterminer la forme ni la
    taille de l'objet, il eut l'impression nette que la lumière émanait du haut de l'objet.

    - A 1 0 h 40, il reçut l'autorisation de poursuivre cet objet et prévint Utah. Il ralentit,
    puis accéléra; Utah l'informa que l'objet accompagnait ses mouvements tout en se
    maintenant à une distance constante de 18 km.

    - A 10 h 42, Chase accéléra et vit l'objet rouge virer à droite en direction de Dallas ; ceci
    fut confirmé par Mac Clure.


    - Vers 10 h 50, un peu à l'ouest de Dallas, l'objet s'arrêta, et disparut simultanément de
    la vue des radars (Utah et le radar de bord qui venait de détecter l'objet lorsque le RB-
    47 s'en était rapproché) et de l'écran de Mac Clure (la disparition de l'objet sur l'écran
    du radar est moins étonnante de nos jours ; elle évoque les techniques de furtivité active
    actuellement en développement, voire en service). L'avion vira alors à gauche. Mac
    Clure récupéra un signal qui était peut-être celui de Utah. Le contact visuel fut retrouvé,
    ainsi que le contact radar.


    - A 10 h 52, Chase vit l'objet tomber à environ 4 500 m. Il fit effectuer au RB-47 un
    piqué de 10 500 m à 6 000 m. L'objet disparut alors simultanément de sa vue, du radar
    Utah, et de l'écran de Mac Clure.


    - A 10 h 57, toujours près de Dallas, l'objet réapparut sur l'écran de Mac Clure, et Utah
    indiqua qu'il avait fait un rapport "CIRVIS" (Communications Instructions for
    Reporting Vital Intelligence Sightings), rapport radio urgent et secret, destiné au
    commandement de la Défense aérienne, obligatoire en cas d'observation d'objet aérien
    non identifié par l'armée de l'Air. A 10 h 58, le pilote retrouva un contact visuel à "2
    heures". Quelques minutes plus tard, voyant ses réserves de carburant baisser, il décida
    de rentrer et mit le cap sensiblement au nord, vers Oklahoma City. L'objet se plaça alors
    derrière l'avion, à 18 km de distance comme le précisa Utah, qui tenta d'envoyer des
    avions de chasse à la poursuite de l'inconnu. Celui-ci, volant plus bas que le RB-47 et
    derrière lui, ne pouvait être vu du cockpit, mais il fut détecté sur l'écran de Mac Clure
    jusqu'à la hauteur d'Oklahoma City, bien au-delà de la portée du radar Utah. Il disparut
    alors soudainement de l'écran à 11 h 40.


    2.3 Téhéran (18 au 19 septembre 1976)


    Cet incident eut lieu dans la nuit du 18 au 19 septembre 1976. Différents journaux du
    monde entier le relatèrent plus ou moins fidèlement, par exemple France-Soir dans le
    numéro daté du 21 septembre. Un citoyen américain engagea des démarches laborieuses
    auprès des autorités américaines pour en obtenir un compte rendu, en invoquant la loi
    sur la liberté de l'information. Il l'obtint finalement de la Defence Intelligence Agency
    (DIA). D'autres documents américains ont depuis lors été obtenus.


    Des interviews de généraux et du contrôleur aérien iraniens, impliqués dans cette
    affaire, permettent de conforter, et un peu de compléter, par la mention des noms
    propres notamment, le rapport de la DIA. La lecture de l'ensemble conduit au résumé
    suivant:


    - Vers 1 1 h du soir, le 18 septembre, la tour de contrôle de l'aéroport de Téhéran reçoit
    plusieurs appels signalant un objet lumineux étrange immobile dans le ciel au-dessus du
    quartier résidentiel de Shemiran, dans la partie nord de la capitale. Le responsable de
    l'équipe de nuit, Hossain Perouzi, sort pour observer l'objet à la jumelle. Il a témoigné
    avoir vu un rectangle, correspondant probablement à un objet cylindrique, aux
    extrémités duquel pulsent des lumières de couleur blanc-bleu. Au milieu de l'objet, une
    petite lumière rouge décrit un cercle. Perouzi rend compte de cette étrange observation
    au commandement de l'armée de l'Air impériale, qui alerte le général Youssefi, numéro
    trois de cette armée. Celui-ci sort sur son balcon et voit un objet analogue à une étoile,
    mais beaucoup plus grand et plus brillant ; il ordonne l'envoi d'un avion à réaction
    Phantom F-4 dont il dirige la mission par l'intermédiaire de Perouzi.


    - Lorsque le F-4 arrive à 45 km de l'objet, ses instruments de vol et tous ses moyens de
    communication (radio et interphone) cessent brusquement de fonctionner. Le pilote
    arrête l'interception et se dirige vers sa base. L'équipage récupère alors l'usage de ses
    instruments et de ses communications.


    - Un second F-4 est envoyé par le général Youssefi. L'écho de l'OVNI sur son écran est
    semblable à celui d'un Boeing 707. Le F-4 S'approche de l'OVNI à une vitesse relative
    de 280 km/h. Lorsqu'il parvient à 45 km de celui-ci, l'OVNI accélère et se tient à une
    distance constante de 45 km du F4. Léquipage ne peut discerner visuellement la taille
    de l'objet, car il brille intensément. Son éclat provient de lumieres disposées en
    rectangle, passant rapidement du bleu au vert, au rouge et à l'orange.


    - Soudain, un objet brillant, de diamètre apparent moitié ou tiers de celui de la Lune,
    sort de l'OVNI et se dirige rapidement vers le F-4. Le pilote tente de tirer un missile
    Sidewinder sur l'objet, mais à cet instant même son tableau de commande de tir et ses
    moyens de communication (radio et interphone) deviennent inopérants. Il effectue
    promptement un virage et un piqué, mais l'objet change de direction et poursuit l'avion à
    une distance d'environ 6 km. Finalement, l'objet passe à l'intérieur du virage du F-4 et
    repart pour réintégrer l'OVNI dont il était sorti.


    - Peu après, un objet sort à nouveau de l'OVNI et se dirige rapidement vers le sol, à la
    verticale. L'équipage du F-4 s'attend à le voir exploser, mais l'objet semble se poser
    doucement et répand une très vive lumière sur une aire de 2 à 3 km de diamètre.
    L'équipage, momentanément ébloui, orbite pendant le temps nécessaire pour récupérer
    sa vision de nuit avant de se poser sur l'aérodrome de Téhéran. Il note la perte de ses
    communications (radio et interphone) chaque fois que leur avion traverse une certaine
    zone. Il convient de préciser qu'un avion civil a également perdu ses communications
    lorsqu'il a traversé cette zone. Dans la journée, l'équipage est conduit en hélicoptère à
    l'endroit où avait apparemment atterri l'objet, un lac desséché, mais il n'y trouve aucune
    trace.


    Une note annexe de la DIA était tout aussi étonnante que le rapport lui-même ; elle
    précisait que l'information avait été confirmée par d'autres sources, et se terminait par
    cette appréciation :


    "Un rapport remarquable. Ce cas est un classique qui réunit toutes les conditions
    requises pour une étude valable du phénomène OVNI:


    a. l'Objet a été vu par des témoins multiples situés en diffèrents endroits.

    b. la crédibilité de beaucoup des témoins était grande (un général d'aviation, des
    équipages qualifiés et des contrôleurs de & Navigation aérienne expémentés),

    c. les observations visuelles ont été confirmées par radar,

    d. des effets électromagnétiques semblables ont été rapportés par trois équipages
    distincts,


    e. il y a eu des effets physiologiques sur certains membres de l'équipage (perte de vision
    de nuit due à la brillance de l'objet),


    f un degré extraordinaire de manoeuvrabilité a été montré par les OVNI. La tentative de
    banalisation de ce cas faite par Klass en montre la solidité.


    2.4 Russie (21 mars 1990)


    Ce cas s'est produit de nuit dans la région de Pereslavl-Zalesski, à l'est de Moscou. Il a
    été rapporté par un article du général d'aviation Igor Maltsev, commandant les Forces
    de défense aérienne, paru dans le journal Rabochaya Tribuna ("Tribune des
    Travailleurs") le 19 avril 1990 : "Des OVNI sur des radars de défense aérienne' (cf
    l'ouvrage de Marie Galbraith cité au chapitre 9.1).


    On y mentionnait l'envoi d'avions de combat en mission d'interception des OVNI
    détectés. Le général Maltsev, qui a fait la synthèse de plus de cent observations
    visuelles, collectées par des commandants d'unité, a déclaré:


    Je ne suis pas un spécialiste des OVNI, et donc je ne peux que relier entre elles les
    données et donner ma propre hypothèse. Selon les données rassemblées par ces
    témoins, l'OVNI était un disque d'un diamètre de 1 00 à 200 mètres. Deux lumières
    clignotaient sur ses côtés... De plus, l'objet tournait autour de son axe et effectuait une
    évolution en forme de S à la fois dans les plans vertical et horizontal Ensuite l'OVNI
    restait stationnaire au-dessus du sol, puis volait à une vitesse à trois fois supérieure à
    celle des avions de combat modernes... Les objets volaient à des altitudes allant de 100
    à 7 000 m. Le mouvement des OVNI n'était accompagné par aucune espèce de bruit et
    se caractérisait par une stupéfiante manoeuvrabilité. Les OVNI paraissaient
    complètement dépourvus d'inertie. En d'autres termes, ils avaient d'une façon ou d'une
    autre maîtrisé la gravité. A l'heure actuelle, des machines terrestres ne pourraient guère
    présenter de telles caractéristiques.


    2.5 San Carlos de Bariloche (31 juillet 1995)


    Source Sepra


    Le vol Aerolineas Argentinas AR 674, un Boeing 727 en provenance de Buenos Aires,
    est à 140 km de San Carlos de Bariloche, station touristique des Andes centrales où il
    s'apprête à atterrir. A cet instant précis, une panne d'électricité plonge la ville dans
    l'obscurité et le pilote reçoit l'ordre de se mettre en attente pour quelques minutes avant
    d'effectuer son approche finale. Alors qu'il débute celle-ci, le pilote observe une étoile
    bizarre. Au même moment le centre de contrôle met en attente un second avion qui
    arrive dans le secteur. Le vol AR 674 poursuit son approche, mais alors qu'il est en fin
    de virage, dans l'axe de la piste, un objet ressemblant à un gros avion apparaît sur son
    côté droit et vole parallèlement à lui. Cet objet possède trois lumières dont une rouge en
    son milieu. Les lumières de l'aéroport tombent de nouveau en panne, le balisage de piste
    et la rampe d'approche s'éteignent également; l'avion en attente observe le même
    phénomène depuis sa position.


    Le pilote, ne pouvant effectuer son atterrissage, remet les gaz et effectue un nouveau
    virage pour se représenter dans l'axe de la piste. A cet instant, l'objet, devenu lumineux,
    passe derrière l'avion, s'arrête, monte à la verticale pour s'arrêter de nouveau. Il repasse
    devant l'avion avant de disparaître définitivement vers la Cordillère des Andes.
    L'équipage, les passagers du vol AR 674, ceux de l'autre avion, ainsi que les contrôleurs
    de l'aéroport et une partie des habitants de San Carlos assistèrent, médusés, à cet insolite
    ballet aérien.


    Ce cas est intéressant à plus d'un titre :


    - observation corroborée par de multiples observateurs indépendants, en vol et au sol,
    - durée du phénomène de plusieurs minutes,
    - trajectoires variées dont certaines épousent celles de l'avion,
    - observation d'un phénomène électromagnétique (extinction des lumières de la ville et
    de l'aéroport) en relation directe avec la présence de l'objet.


    CHAPITRE 3 Des cas d'observation à partir du sol


    Ce chapitre concerne des cas d'observation au sol, dont deux ont été rapportés devant le
    comité par les témoins directs des phénomènes observés. Là encore, leurs témoignages
    sont d'autant plus intéressants qu'ils appartiennent au monde de l'aéronautique et que les
    phénomènes ont été observés de jour.


    3.1 Phénomène observé par de nombreux témoins à Tananarive (16 août 1954)


    Témoignage devant le comité


    Edmond Carnpagnac (C), ancien officier d'artillerie et ancien chef des services
    techniques d'Air France à Madagascar, aujourd'hui retraité, est venu témoigner devant
    le comité. Le phénomène décrit ci-après s'est produit le 16 août 1954 à Tananarive. Il a
    été observé par plusieurs centaines de témoins.


    A 17 h, alors que le personnel de l'agence d'Air France attend l'arrivée du courrier,
    quelqu'un aperçoit dans le ciel une 'grosse boule verte se déplaçant à grande vitesse. La
    première pensée des témoins est qu'il s'agit d'un météorite. Le phénomène disparaît
    derrière une colline, ils pensent que la boule verte va percuter le sol et qu'ils vont en
    percevoir lè choc.


    Elle reparaît pourtant une minute après. En passant plein travers des observateurs, elle
    se révèle être une sorte de ballon de rugby métallique précédé d'une lentille verte
    nettement détachée avec des flammèches s'échappant à l'arrière. D'après l'estimation des
    témoins, le "ballon avait la longueur d'un avion DC4, soit une quarantaine de mètres. La
    lentille verte se détachait à l'avant à un peu moins de 40 m, avec à l'arrière des
    flammèches assez longues. L'engin a survolé Tananarive à une hauteur estimée de 50 à
    1 00 m, estimation rendue possible par comparaison avec la hauteur d'une colline
    avoisinante. Au fur et à mesure que l'engin se déplaçait, les lumières des magasins
    s'éteignaient, et les animaux manifestaient une réelle inquiétude.


    Après avoir survolé Tananarive, l'engin est reparti vers l'ouest. En passant au-dessus du
    parc a zébus de la ville, l'engin provoqua parmi eux une violente réaction de peur.
    Détail surprenant, puisqu'en temps normal ces animaux ne manifestaient aucun émoi au
    passage des avions d'Air France. Deux ou trois minutes après, un engin identique a été
    observé à 150 km de là au-dessus d'une ferme-école. Là encore, les troupeaux ont été
    pris de panique. Si l'engin observé était le même que celui de Tananarive, sa vitesse
    devait être de l'ordre de 3 000 km/h. Aux dires de C, le genéral Fleurquin, commandant
    en chef à Madagascar, a réuni une 'commission scientifique pour mener une enquête sur
    ces phénomènes. Aucune trace de cette enquête da pu être retrouvée dans les archives
    de l'armée de l'Air, cependant le no 6 du bulletin du Gepa (Groupe d'études des
    phénomènes aérospatiaux) du 2ème semestre 1964 a décrit cette observation.


    3.2 Observation d'une soucoupe près du sol par un pilote (9 décembre 1979)


    Enquête du GEPAN/SEPR4 et témoignage devant le comité


    Ancien lieutenant-colonel de l'armée de l'Air, Jean-Pierre Fartek (F) est, au moment des
    faits, pilote de Mirage III au sein de la 2ème escadre de chasse de Dijon. Aujourd'hui F
    est pilote dans une compagnie privée. F habitait, et habite toujours, dans le même
    village à proximité de Dijon. Sa maison est située au bout d'un lotissement donnant sur
    les champs. A environ 250 m se trouve un bouquet d'arbres d'une hauteur moyenne de
    15 m au maximum. Le 9 décembre 1979 vers 9 h 15 du matin, F et sa femme observent
    un objet insolite (appelé M par la suite) dans le champ avoisinant leur maison ; la météo
    et la visibilité sont excellentes. M, dont ils estiment les dimensions à 20 m de diamètre
    sur 7 m d'épaisseur, est en vol stationnaire à 3 m de hauteur environ devant le bouquet
    d'arbres qu'il masque en partie. En parfaite concordance avec sa femme, le témoin F le
    décrit comme :


    - ayant la forme de deux soucoupes superposées aux contours très nets, renversées l'une
    sur l'autre, ne présentant ni hublots ni lumières,

    - étant de couleur gris métallique sur la partie supérieure, et plus foncée (bleutée) sur la
    partie inférieure, avec une séparation parfaitement délimitée entre le dessus et le
    dessous de l'engin. Cette différence de couleur ne pouvait pas être due à une différence
    d'éclairage, compte tenu de la position du soleil,

    - animé de façon permanente de très légères oscillations, dont la fréquence n'était pas
    très rapide, comme quelque chose recherchant l'équilibre,

    - ne faisant aucun bruit,

    - ne causant aucune turbulence au sol ni lors du vol stationnaire, ni au moment du
    départ,

    - n'ayant laissé aucune trace sur le sol.

    Après un temps d'observation qu'il apprécie difficilement, F voit M osciller plus
    fortement, il a l'impression que M s'incline un peu vers l'avant (comme le fait un
    hélicoptère après le décollage en début de translation horizontale). F voit M partir à
    l'horizontale, à très basse altitude, sans bruit, sans laisser de traînée, à très forte vitesse
    et disparaître à l'horizon en quelques secondes. F a témoigné à la gendarmerie de l'Air
    de la base aérienne de Dijon. Il croit savoir que d'autres personnes ont observé le
    phénomène sans oser aller témoigner, notamment ses voisins et leurs enfants qui
    auraient fait la même observation. Cette observation, d'un pilote professionnellement
    bien averti des phénomènes aéronautiques, n'a jamais reçu d'explication.
    3.3 Un cas à témoins multiples dans une base de missiles russe (28-29 juillet 1989)

    En tête des rapports d'OVNI déclassifiés par le KGB en 1991, figure un dossier relatif à
    une base de missiles de l'armée, près de Kapustin Yar, dans la région d'Astrakhan, dont
    il est fait état dans l'ouvrage de Marie Galbraith (cf chapitre 9. 1). Le public anglophone
    en a eu connaissance par la revue moscovite AURA-Z de mars 1993. Des militaires,
    appartenant à deux centres de la base, ont fait des dépositions manuscrites sur leurs
    observations visuelles, réalisées dans de bonnes conditions de visibilité. Le dossier,
    incomplet, ne traite pas de détections radar éventuelles. Il débute par un bref résumé du
    cas, dont l'auteur était un officier anonyme du KGB, suivi de la relation de sept
    témoignages manuscrits :


    - Cinq témoignages, provenant du premier centre, sont le fait du lieutenant Klimenko,
    de deux caporaux et de deux soldats. Dans la nuit du 28 au 29 juillet, ces militaires ont
    observé des OVNI, entre 22 h 15 et 23 h 55, à une distance de 3 à 5 km. Jusqu'à trois
    objets ont été vus simultanément. Un objet a exécuté, en silence, des déplacements
    saccadés, avec des départs et des arrêts très brusques, et des périodes d'immobilité. Tous
    les témoins ont vu un avion de chasse tenter de s'approcher d'un OVNI, et celui-ci
    s'échapper à une vitesse fulgurante, 'donnant 1'impression que l'avion faisait du
    surplace' Seul le bruit de l'avion a été entendu, alors que l'OVNI devait avoir atteint une
    vitesse supersonique.

    - Deux autres témoignages, émanant d'un centre voisin du premier, concernent
    l'observation d'un OVNI, de 23 h 30 à 1 h 30, à une distance allant de quelques
    kilomètres à 300 m. Celui-ci a été décrit par le sous-lieutenant Volochine comme un
    disque de 4-5 m de diamètre, surmonté d'une coupole hémisphérique brillamment
    éclairée. Le sous-lieutenant a joint à sa déposition un croquis de la soucoupe. Celle-ci se
    déplaçait parfois brusquement, mais sans bruit, et parfois restait immobile à 20-60 m audessus
    du sol. En compagnie du soldat Tichaev, Volochine l'a vue, émettant une lumière
    verte phosphorescente, immobile à 300 m d'eux et à quelque 20 m au-dessus d'un dépôt
    de missiles; elle a éclairé ce dépôt par un faisceau de lumière mobile pendant quelques
    secondes.


    Dans un rapport, cohérent avec celui de son supérieur, le soldat Tichaev insistait sur
    l'absence de bruit provoqué par l'objet, même à courte distance, ce qui empêchait de le
    confondre avec un hélicoptère. Les deux témoins, rejoints après un temps par l'équipe
    de garde, avaient assisté, durant deux heures, aux évolutions de l'objet au-dessus du
    centre et de ses abords.


    La suite ici
    Bookmark and Share :: Contacter l'admin ::Recommander ce site par mail :: Imprimer ::